Carte de voeux : incontournable ou vieux jeu ?

Extrait voeux vidéo Chambre de Métiers et de l'Artisanat, Nouvelle Calédonie
Extrait voeux vidéo Chambre de Métiers et de l’Artisanat, Nouvelle Calédonie

La mi-janvier est arrivée, sonnant le glas des vœux de nouvelle année en règle. Certains se souhaiteront la bonne année jusqu’au 31 janvier, mais les vœux officiels après le 15, c’est tout de même un peu arriver après la bataille, non ? D’ailleurs peut-être vous êtes-vous tout simplement demandé si cette tradition était encore d’actualité ?

Certains vous diront que la carte de vœux, « c’est ringard ». Peut-être cet argument les arrangent-ils ?

Il est vrai que les vœux de nouvelle année représentent un investissement non négligeable en temps et en argent. Quoique de ce côté, on verra plus bas que des arbitrages sont toujours possibles. Un investissement : une dépense, certes, pour un retour lui aussi non négligeable ! C’est une occasion en or pour renouer contact avec d’anciens clients, remercier ceux qui vous font confiance, se faire connaître auprès des prospects, ancrer sa notoriété… La carte de vœux est donc devenue un outil marketing à part entière, comme l’explique très clairement Estelle Hannot, Business analyste, dans un article publié le 1er janvier 2012 sur Le Cercle-Les Echos :

[…] font de cet outil de communication, du business développement qui se prépare des mois à l’avance afin de faire feu au moment voulu pour un impact sur le destinataire qui portera au mieux par des félicitations si elles sont innovantes. Vecteur de nouvelles (technologies, informations…), la carte de vœux est incontournable et indémodable.

Encore faut-il arriver à temps—la bonne année souhaitée le 31 janvier ça ne passe pas inaperçu mais est-ce une marque de bonne organisation ?—soigner la qualité et si possible faire preuve d’originalité. Une carte réalisée « à la va-vite » peut vite être qualifiée d’insipide voire estampillée du sceau du mauvais-goût.

Anticipation et créativité sont donc de mise. Idéalement, la carte de vœux :

  • illustre l’activité de l’émetteur ;
  • accroche l’attention du destinataire par un mot personnalisé et donne envie de répondre ;
  • oublie le ton trop ouvertement commercial—ce sont des vœux, pas une offre de prestation !

L’humour, plus risqué, peut évidemment permettre de se démarquer, s’il est pertinent. Un exemple de vœux via une vidéo à l’humour cynique, juste comme il faut :

Quant au choix de la carte de vœux imprimée ou virtuelle… Quelle tentation que d’opter pour la seconde option : moins chère, sans délai d’acheminement, permettant de jouer sur les animations voire de s’offrir un format vidéo, offrant un tracking d’ouverture… Elle donne d’ailleurs la possibilité de s’offrir un bon buzz si l’on se lance dans la proposition d’e-card personnalisables mais estampillées de son logo et de visuels originaux, ou l’occasion de collecter des fonds pour les les ONG comme Unicef : http://ecard.unicef.fr/. Et puis les vœux virtuels ont un impact écologique moindre versus le papier envoyé par la route—à moins que vous ne traversiez la France ou le globe à vélo pour distribuer vos cartes de vœux, bien sûr !

Face aux avantages de la carte électronique, la carte de vœux sous enveloppe est-elle toujours d’actualité ? L’agence Aggelos, solidement engagée dans une démarche d’éco-responsabilité a fort bien exprimé son choix de poursuivre la tradition des vœux par voie postale :

Pourquoi Aggelos envoie des vœux papiers ?
Engagé fortement dans l’éco-responsabilité, il pourrait paraître paradoxal d’envoyer des vœux sous format papier. C’est avant tout, une affaire d’arbitrage. Dans l’acte de souhaiter des vœux nous mettons un réel sens ; même s’il peut être traité avec légèreté et humour.

L’expression de certains messages dans la vie quotidienne est accompagnée d’un objet matériel (bouquet de fleurs, cadeau d’anniversaire, …). Ce geste s’inscrit dans le respect, la reconnaissance et le don.

Par ailleurs, dans le cadre de notre activité professionnelle nous sommes à la recherche de différenciation. Quelle aubaine que de profiter de cette belle niche qui tombe en désuétude mais tellement appréciée. Recevoir une lettre, une carte c’est toujours plaisant, n’est-ce pas ?
Donc, à l’année prochaine pour notre prochaine carte de vœux.

Alors, virtuel ou papier ? Finalement, pourquoi pas les deux ? Oui, si l’on peut se le permettre ! Pour reprendre notre article du 10 janvier sur ce blog, toutes les entreprises n’ont pas les ressources financières et humaines pour « multitâcher » et être présent sur tous les canaux de communication. Mieux vaut dans ce cas réserver ses dépenses à l’originalité de la carte elle-même, qu’elle soit de conception fixe, animée voire vidéo (cf notre article du 5 janvier). Et si l’on doit choisir parmi les média, nous recommandons évidemment… les média sociaux online !

La carte de vœux est donc bien un incontournable, si elle est soit soignée et envoyée à temps.

Mais au fait, Suite Communication ne vous a pas envoyé de carte de vœux ? En effet, chacun de nous a envoyé ses vœux propres pour concentrer notre collaboration sur un nouveau site web prochainement en ligne… Et puisqu’il en est encore tout juste temps… Suite Communication vous adresse ses meilleurs vœux pour 2012 !

Source citées :

http://aggelos.fr/site-html/index.php?id_actu=279

http://lecercle.lesechos.fr/entreprises-marches/marketing/221141765/carte-voeux-outil-developpement